DES BARRIÈRES À L’ACCÈS

DES BARRIÈRES À L’ACCÈS

Nous reconnaissons que l’absence de connaissance du français chez la majorité des professionnel.le.s de la santé et l’incapacité des infrastructures de santé à desservir systématiquement les francophones dans leur langue constituent une barrière à l’obtention de services de qualité adaptés aux besoins et peuvent provoquer des délais, de mauvais diagnostics, des erreurs médicales et des suivis inadéquats ou inappropriés, en plus d’engendrer des coûts inutiles.